_77638521_hi000353174

L’Ecosse favorable à l’indépendance de la BBC

L’Ecosse organisera un référendum national le 18 Septembre pour statuer de son indépendance. Sa rupture d’avec le Royaume-Uni, après 300 ans d’union commune, gênerait-elle la BBC ?  Depuis une semaine, alors que le scrutin paraît de plus en plus serré, la colère des partisans du « oui » s’amplifie contre le groupe audiovisuel public britannique. 

Biased British Corporation ?

Vendredi 12 septembre, lors d’une conférence de presse, le premier ministre Ecossais, Alex Salmond, a dénoncé sans ambages « les mauvais tours » de la BBC, qui, selon lui, sont de nature à influencer les citoyens dans leur décision au moment du vote. La BBC (sites, chaînes TV et stations de radio) est la première source d’information en Ecosse, en terme d’audiences (source interne).

La chaîne londonienne a été la première à annoncer que plusieurs grandes banques, y compris la RBS (Royal Bank of Scottland) pourraient délocaliser leur siège de l’Ecosse à la Grande-Bretagne si l’Ecosse faisait le choix de son indépendance. Des informations transmises par la chaîne publique sans nuances apportées de la part des banques concernées, et qui émaneraient directement du Trésor britannique. La mauvais coup de la BBC, estime le premier ministre écossais, est d’avoir suggérer que le transfert du siège social de la RBS menacerait les 12,000 emplois en Ecosse, ainsi que sur les opérations courantes des écossais, alors que cet impact n’a pas été prouvé.

Dimanche 14, plus de 2000 écossais ont manifesté derrière le siège de la BBC Scotland à Glasgow. « Biased British Corporation », « Propaganda »: les partisans du « oui » portent grief à la chaîne publique de discréditer leurs arguments, et de ne pas restituer le débat de manière équilibrée en terme de temps de paroles entre protagonistes.

Lors de la manifestation de protestation derrière le siège de la BBC, une banderole s'en prend explicitement à un Nick, un journaliste de la chaîne publique. Les partisans du "oui" lui reprochent de diffuser un scénario catastrophe en cas d'indépendance de l'Ecosse.
Lors de la manifestation de protestation derrière le siège de la BBC, une banderole s’en prend explicitement au journaliste  Sack Nick Robinson, visage bien connu de la chaîne publique. Les partisans du « oui » lui reprochent d’aborder l’éventualité de l’indépendance de l’Ecosse sous l’angle du scénario catastrophe.

«Ne vous méprenez pas, je les apprécie mais ils ne réalisent pas qu’ils sont partiaux», s’est expliqué  Alex Salmond au journal écossais Sunday Herald, parlant des journalistes de la BBC.

Sur Twitter, le mouvement de protestation a pris de l’ampleur. « Pourquoi la BBC n’a t-elle pas parlé des cornemuses de Ramallah ? », s’interroge un twitto. La presse internationale a pourtant largement évoqué ces palestiniens qui ont pris fait et cause pour l’indépendance écossaise en jouant de la cornemuse depuis la Cisjordanie.

De son côté, la BBC a certifié au Huffington Post UK que le  référendum avait été couvert de manière équilibrée et avec impartialité. Le groupe public a aussi rappelé qu’il éditait depuis 1992  BBC Alba, une chaîne régionale en écossais. 

_77638521_hi000353174Dans un dossier consacré au référendum, le site de la BBC  glissait ce matin que le prix du whisky risquerait bien d’augmenter dans le cas où le « oui » l’emporterait…

The following two tabs change content below.
Clara Schmelck
Clara-Doïna Schmelck, journaliste, philosophe des médias. Rédactrice en chef adjointe d'Intégrales - est passée par la rédaction de Socialter ; chroniqueuse radio, auteur, intervenante en école de journalisme et de communication (Celsa ...).

Vous pouvez également lire