Image : Intégrales, F.A

Syrie : la guerre oubliée des enfants

Un reportage Intégrales X Paris Match

A Idlib et Alep, dans les zones rebelle, les aînés sont morts. Sur le front, ce sont des adolescents qui poursuivent le combat. –  Reportage exclusif. 

Ces enfants syriens se réfugient dans un rôle taillé pour des adultes. Encadrés par des hommes à peine plus âgés qu’eux, ils reproduisent le même schéma rigide. Privés par les diktats islamistes des jeux de l’adolescence, ils n’ont, comme seul motif d’exaltation, qu’un martyre fantasmé et la représentation de leur destin filmé sur des téléphones portables qu’ils se repassent interminablement, gardant ces preuves de leur existence comme des talismans.

Syrie.-La-guerre-des-enfants
Deux djihadistes du groupe rebelle salafiste Ahrar Al-Sham, sur la route entre Idlib et Alep, le 19 mai 2016. A gauche, Abou El-Bara, 16 ans. Ahmed Deeb. Match/Intégrales

Lieutenants de 17 ans

En ce jour de grande prière du vendredi à Idlib, l’imam de la mosquée Al-Hussein, le regard tantôt posé sur son pupitre, tantôt dirigé vers l’immense plafond en verre, prône, comme dans tous ses prêches, « le djihad comme seule voie de la rédemption ». La foule, plusieurs centaines de personnes, ponctue ses longues diatribes contre les infidèles par des salves d’« Allah Akbar ». Un grand gaillard vêtu d’un treillis militaire scrute la foule. Abou Stayef est une figure de la ville d’Idlib, à quelques dizaines de kilomètres d’Alep. Il est entouré de quatre de ses lieutenants, âgés de 17 à 21 ans, qui ont grandi ensemble dans le quartier d’Al-Naoura. Ils ont pris part, dès le début, à la révolte contre Bachar El-Assad.

La suite du récit est à découvrir sur Paris Match.

The following two tabs change content below.
Farouk Atig
Farouk Atig, grand reporter, dirige Intégrale

Vous pouvez également lire