Unknown-3

« Tu viens d’où ? Ah bon, on dirait pas ! » : le Tumblr qui dénonce les discriminations ordinaires à l’ENA

Aux Etats-Unis et en Europe, les grandes universités et écoles ne sont pas, comme on voudrait l’espérer, des remparts au racisme ordinaire. C’est ce qu’ont voulu révéler des étudiants Africains-Américains de Harvard, avec le Tumblr I, Too, Am Harvard, qui rassemble les remarques xénophobes auxquelles ils sont confrontés.

En France, des étudiants Français noirs de l’ENA se sont à leur tour prêtés à cet exercice cathartique. Avant un mouvement de plus grande ampleur pour dénoncer sur les médias sociaux le racisme en milieu universitaire ? 

Unknown-4

La campagne choc d’étudiants de l’ENA sur Tumblr

Le 25 avril, l’hebdomadaire Les Inrockuptibles relayait l’initiative prise par un groupe d’étudiants noirs de l’Ecole Nationale de l’Administration (ENA). Dans un Tumblr, ces jeunes, qui se préparent à devenir de hauts-fonctionnaires, se mettent en scène dans une suite de portraits aux genoux. Les bustes se signalent par une ardoise portant mention d’une tirade raciste fréquemment entendue entre les murs de l’Ecole prestigieuse. Le hashtag #ITooAmENA vise à faire comprendre que ces messages sont des injures indignes d’étudiants qui prétendent être instruits et ouverts sur le monde, et dont la plupart seront les législateurs de demain.

Unknown-3

Des Tumblr, des pages Facebook ou des expositions sur le même thème et dans le même but sont entrain d’éclore à New York, Berkeley, en Angleterre, à Oxford et Cambridge.

En France,  c’est la première fois que le racisme dans une grande école est montré et dénoncé avec tant de vigueur. La viralité du Tumblr que les étudiants de l’ENA ont crée sous l’impulsion de leurs condisciples de Harvard a permis de rompre avec la culture du silence qui prévalait jusqu’alors. Le fétide « sois déjà content d’être là et tais-toi » ne peut désormais plus être soufflé à l’oreille d’étudiants noirs qui voudraient s’élever contre des paroles à visée discriminatoire.

En 2012, lorsqu’Olivier Saby, un ancien élève de l’école, s’était déjà indigné contre les discriminations au sein de l’ENA dans un livre intitulé Promotion Ubu Roi, il  s’était heurté à la surdité de l’administration de l’école, et à un relatif silence de la presse.

 « Tu as fait l’ENA pour devenir président de l’Afrique? »

“Pourquoi tu fais l’ENA, tu veux devenir président de l’Afrique?” est une des phrases xénophobes qui figure sur le Tumbr de l’ENA. Son pendant nous est rapporté par un étudiant de l’Ecole Normale Supérieure (ENS ULM, département d’histoire) :  » Ah, c’est bien que tu sois à Normale, parce-que ça t’évitera de retourner dans ton pays ».

Le principal ressort de ce racisme « doré » décomplexé est l’assignation désinhibée à un ailleurs fantasmatique, qui n’existe que dans l’esprit de celui qui l’évoque. Exotique ou au contraire, répulsif, le fameux prétendu « pays d’origine » attribué systématiquement aux étudiants noirs fournit une source intarissable de remarques réductrices et humiliantes.  Comme si la couleur de la peau faisait d’un étudiant non blanc l’exemplaire rarissime d’une ethnie lointaine.

La discrimination positive à la française rejette la notion d’ethnie

Depuis 2009, l’Ecole Nationale d’Administration a mis en place une politique de discrimination positive sur critères sociaux, conformément à la loi française, qui refuse de considérer quelques prétendus « critères ethniques ». Par principe, la République française rejette en effet cette notion d’ethnie, issue des sciences positives du XIXè siècle et chargée idéologiquement.

Aux futurs législateurs de se conformer aux principes républicains, en expulsant de leur discours les références ethniques racistes.

“Avec ce projet, nous exprimons le souhait fervent que les gens commencent à plus penser à leurs prises de position, à éviter la généralisation et à prendre le temps de voir vraiment une personne au delà de leur couleur ou de leur origine présumée,”  résument les étudiants de l’ENA sur leur Tumblr.

 

 

The following two tabs change content below.
Clara Schmelck
Clara-Doïna Schmelck, journaliste, philosophe des médias. Rédactrice en chef adjointe d'Intégrales - est passée par la rédaction de Socialter ; chroniqueuse radio, auteur, intervenante en école de journalisme et de communication (Celsa ...).

Vous pouvez également lire