10417509_10152142504381977_1970609419878445437_n

L’impossible infographie de l’abstention

Face au choc du scrutin du 25 mai, la presse française aura glosé, à la manière des sociologues et des politologues du siècle dernier, sur les raisons de l’abstention électorale. Le refus des urnes est interprété comme un signe de colère ou de dépit. Oubliés, lassés, trahis, la base « ne fait plus confiance à la classe politique ». Une analyse obsolète ?

L’abstention à l’heure de la big data

Mais, un an après l’affaire Snowden, un nouveau paramètre est à considérer : la big data. Aux moyens d’algotyhmes de plus en plus affinés, les marques et les gouvernements classifient de manière de systématique les citoyens, lesquels éprouvent un sentiment d’être contrôlés en continu, et à leur insu.

Il se peut que l’abstention soit la manifestation, sinon d’une crise de confiance envers « les élites », d’un rejet naissant des formes modernes de renseignement qu’encouragent- ou laissent faire –  les instituions politiques.

Et si l’abstention électorale exprimait le paradoxe de l’époque naissante du tout-data et de l’âge d’or de l’infographie, tenue en échec par cette France qui interdit par son silence tout outil de mesure, d’identification, d’engagement ?

Cette France grisée, difficile à déchiffrer car impossible à chiffrer, interroge les conditions d’une analyse sociétale rénovée.

10417509_10152142504381977_1970609419878445437_n

A regarder, ce slide show : https://beta.racontr.com/projects/rcontr-formation/

The following two tabs change content below.
Clara Schmelck
Clara-Doïna Schmelck, journaliste, philosophe des médias. Rédactrice en chef adjointe d'Intégrales - est passée par la rédaction de Socialter ; chroniqueuse radio, auteur, intervenante en école de journalisme et de communication (Celsa ...).

Vous pouvez également lire