CT8T7zTUYAEgAH_-1.png-large

Mamie Danielle : un buzz qui fait du bien

En quelques instants, le message de Danielle, une femme de 77 ans interrogée par BFM TV au sujet de l’hommage aux victimes des attentats du 13 novembre à Paris, a fait le tour de la toile. Comment expliquer qu’une dame inconnue apparue brièvement au cours d’une séquence télévisée soit devenue, par le jeu des réseaux sociaux, une icône de l’internet français ? 

Il arrive que le buzz fasse beaucoup de bruit pas pour rien. Interrogée par BFM TV alors qu’elle venait, fleurs à la main, rendre hommage aux victimes des attentats Place de la République, Danielle Moisans, 77 ans, a expliqué en ces termes la valeur de son geste : « C’est important d’apporter des fleurs à nos morts. (…) Nous sommes une civilisation très ancienne (…) », ajoutant « et nous fraterniserons avec les 5 millions de musulmans qui exercent leur religion librement et gentiment et nous nous battrons contre les 10.000 barbares qui tuent, soi-disant au nom d’Allah ». Quelques heures plus tard, le Tout-Internet, soulagé d’entendre un message positif dans le brouhaha sourd du désarroi ambiant et des rumeurs amères, rebaptisait l’auteur du bref témoignage « Mamie Danielle ».

CT8T7zTUYAEgAH_-1.png-large

Les attentats contre un Paris jeune, pluriculturel et progressiste ont porté violence aux principes humanistes qui sont ceux de la République. Il est évident que l’organisation qui a commandité et fait exécuter de tels actes de terreur en plein coeur de la capitale française cherche à ce que la population perde ses repères et soit focalisée sur l’insoutenable instabilité du présent. Ils veulent nous condamner à l’impossibilité de progresser, à ne plus pouvoir tirer avantage d’un passé sombrant dans l’oubli collectif, et à se voir incapables de se projeter un avenir de plus en plus incertain.

En voulant noyer les Français dans l’oubli , il s’agit de diviser l’opinion sur les questions liées à la pratique du culte de l’islam, notamment. Les terroristes fondamentalistes s’attaquent à l’unité du pays, fondée sur un passé commun, en l’occurrence sur la théorisation de la tolérance religieuse (Voltaire, Diderot…), et sur l’effort législatif en matière de laïcité aux XIXè et XXè siècles, qui en est un effet concret. C’est justement cette Histoire commune que Danielle convoque lorsqu’elle dit : « nous sommes une civilisation très ancienne ». Par conséquent, il va de soi que « nous fraternisons avec les 5 millions de musulmans qui pratiquent leur religion librement ».

Un bouquet, « de la part d’internet »

Surtout, les terroristes s’attaquent aux nouvelles générations en leur asséchant l’accès à la mémoire de la culture humaniste de la France, dont Danielle a rappelé, en un instant, quelques fondamentaux : ne cesser de fraterniser, de lire « Paris est une fête, en référence à l’oeuvre éponyme de l’écrivain américain Ernest Hemingway.

Lire. A une ville pétrifiée par l’effroi et l’angoisse, mamie Danielle rend  l’imaginaire, le temps devant soi, la possibilité de partager une réflexion. Elle écarte sans avoir besoin de le dire la polémique haineuse, les rhétoriques belliqueuses, les prédictions mélancoliques.  

Pour la remercier, un twitto toulousain, Karim Boukercha, fait appel à la générosité des internautes et lance le hashtag #DesFleursPourDanielle. « Danielle nous propose plus de fraternité face à la barbarie. Proposons-lui plus de fleurs pour son humanisme », décrit-il. La cagnotte est lancée bénévolement sur la plateforme Leetchi.com. En quelques heures, le montant dépasse le prix d’un simple bouquet de fleurs, pour atteindre à l’heure où nous écrivons cet article la somme de presque  3000 euros, grâce à plus de 300 participants. Karim Boucheka contacte alors le Community Manager de l’entreprise Interflora, lequel annonce la livraison du bouquet à Danielle, « de la part d’Internet ». Danielle Moisans, ex-avocate impliquée dans multiples causes, a aussitôt fait savoir que la somme sera versée à des associations à qui elle souhaite faire un don.

Le présent du passé 

Danielle Moisans est apparue aux citoyens comme la seule personne depuis vendredi 13 novembre à incarner avec énergie et sans concepts édifiants, l’aspect vivant de la mémoire récente d’une France humaniste – humaine, tout simplement. D’où cette transformation immédiate et précipitée de cette dame qui a bien voulu répondre aux questions d’une chaîne télé par la sphère publique via l’internet. A partir d’une image télévisée, celle d’un individu qui répond à une sollicitation d’un journaliste dans le cadre d’une opération de « micro-trottoire », l’internet fabrique une icône.

Pascal disait que les Anciens étaient nouveaux en toutes choses, et formaient l’enfance des Hommes. « Mamie Danielle », engagée dans les luttes pour les droits civils dans les années 1960/70, est en ce sens plus jeune que tous les jeunes de France. La femme interrogée par BFM est comme le présent du passé. Et c’est pour ça que les quelques mots prononcés par Danielle sont apparus justes et réconfortants comme jamais au point où on a envie de lui offrir un cadeau.

The following two tabs change content below.
Clara Schmelck
Clara-Doïna Schmelck, journaliste, philosophe des médias. Rédactrice en chef adjointe d'Intégrales - est passée par la rédaction de Socialter ; chroniqueuse radio, auteur, intervenante en école de journalisme et de communication (Celsa ...).

Vous pouvez également lire