cropped-A4A8FCB4-1177-4E15-865D-DC3C7C603A92.jpeg

La fin du franc CFA

La fin du franc CFA mais pas la fin de l’ingérence française. Un pas historique ?

Le président ivoirien, Alassane Ouattara a annoncé ce samedi la fin prochaine du franc CFA en Afrique de l’Ouest. Il sera remplacé par l’éco. Un nouvel accord monétaire en ce sens a été signé à Abidjan.

Le Franc CFA était perçu comme l’un des vestiges de la Françafique », a reconnu Emmanuel Macron. En conséquence, la France va se retirer « des instances de gouvernance dans lesquelles elle était présente ». Selon le quotidien économique français Les Échos, cette réforme a été négociée depuis six mois, selon une source française, entre la France et les huit pays de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) : Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée-Bissau, Mali, Niger, Sénégal et Togo.

Même si l’éco sera rattaché à l’euro, il demeurera bien plus indépendant vis à vis de la France : les huit pays de l’actuelle zone franc en Afrique de l’Ouest vont couper les liens techniques avec le Trésor et la Banque de France puisqu’ils géreront eux-mêmes cette monnaie sans interférence de Paris.

Garanties de la France

Néanmoins, la France continuera d’offrir des garanties en cas de crise monétaire.
Etrange annonce à occasion d’un voyage essentiellement militaire.

« Un franc CFA sans le franc mais de facto avec la France. Le « Pas historique » aurait été de laisser aux Africains l’occasion d’annoncer un accord qui rompe avec l’orthodoxie monétaire et élargi au Nigeria. » estime pour sa part Jean-Joseph Boillot, professeur de sciences prospectives et spécialistes de l’Afrique.

The following two tabs change content below.
Farouk Atig
Farouk Atig, grand reporter, dirige Intégrale
Farouk Atig

Derniers articles parFarouk Atig (voir tous)

Vous pouvez également lire