DBE3D474-F52E-4954-AFC3-CEA39054658D

Porosité entre médias et politiques : sale coup pour le débat public

L’été, les chaînes audiovisuelles composent leurs grilles de rentrée. Cette année, la porosité entre personnalités politiques et médiatiques est remarquable. A l’écart du sérail, les jeunes sont déjà partis sur TikTok pour s’informer et s’engager.

Http iframes are not shown in https pages in many major browsers. Please read this post for details.
La porosité entre sphères des médias et milieux politiques ne date pas d’hier. On sait les carrières de plus en plus instables, d’un côté comme de l’autre. On sait aussi que les carnets d’adresse des politiques et des politiques sont similaires. La traversée se tente.

On ne rappelle pas les couples journalistes/personnages politiques qui se sont formés- Jean-Michel Blanquer et Anna Cabana dernier public en date, ni les politiques qui ont pris goût au petit écran ou encore les journalistes qui se sont lancés dans leur entreprise politique.

En 2020, Léa Salamé paraît minauder devant Emmanuel Macron en guise d’interview télévisé du 14 juillet, Laurent Joffrin entend quitter le monde éditorial pour refonder la Gauche, Gaspard Gantzer Gaspard Gantzer achève ses pérégrinations politiques comme chroniqueur chez Hanouna au sein de l’émission à succès « Balance Ton Post« .

Encore plus de Clash en vue

Ces allers-retours entre médias (parole au public) et politique (parole publique) persuadent que la politique aussi bien que le journalisme se réduisent dans les faits à la pratique du « Clash », ce genre oratoire dérivé de la dispute, et qui n’a conservé de la joute verbale que la dimension polémique.

Cette porosité totale entre deux modes de communication imprime dans l’esprit des Français l’idée d’un accaparement du discours par les mêmes favorisés, étant donné que la maîtrise de l’art oratoire est l’avantage d’une classse sociale, à savoir celle qui a eu le bénéfice d’un milieu familial où l’expression était encouragée et les études supérieures accompagnées (financièrement et intellectuellement).

A la démocratie se substitue dans la réalité une oligarchie de personnes aux compétences hybrides élevées au rang de « figures » des chaînes audiovisuelles qui parient sur leurs « incarnations » pour renforcer leur marque média. Ces forces centripètes, dont le verbe attire la lumière, éloignent du débat public ou en public les personnes qui seraient tentées d’émerger.

La prise de parole médiatisée est discréditée, car assimilée à une imposture de la part de celui qui tient le skeptron. Le risque est donc celui d’un appauvrissement du débat public par un double phénomène de polarisation des points de vue et de discours calqué sur les codes du clash. Marion Maréchal-Le Pen serait sur le point de rejoindre Cnews…

Les internautes, et notamment les plus jeunes, las d’une logique de sérail, sont déjà partis sur TikTok.

The following two tabs change content below.
Clara Schmelck
Clara-Doïna Schmelck, journaliste, philosophe des médias. Rédactrice en chef adjointe d'Intégrales - est passée par la rédaction de Socialter ; chroniqueuse radio, auteur, intervenante en école de journalisme et de communication (Celsa ...).

Vous pouvez également lire