1FE39D42-7B28-40B2-A462-8AAE5AB422AA

« Un bout du monde » veut changer le monde des médias

La professeur d’économie Julia Cagé lance une structure qui vise à soutenir une presse libre et lutter contre la concentration capitalistique des médias : l’association Un Bout du Monde, fait des journalistes/citoyens/lecteurs les garants de l’indépendance des médias.

Ce samedi 26 septembre, Julia Cagé, la présidente de la Société des lecteurs du Monde et de « Un bout du monde » a inauguré la conférence de présentation de la campagne « Entrez dans le monde » #Entrezdanslemonde.

Un Bout du Monde propose une solution systémique à un problème systémique : la concentration de la presse entre les mains de mécènes : construire une communauté « prête à intervenir pour venir en aide à des médias d’information et permettre l’entrée au capital des citoyens et journalistes. Le but d’Un bout du monde est de permettre le poids du nombre. Ce sera un outil démocratique en ce sens que s’applique le principe 1 personne = 1 voix, quel que soit le montant du don.

Des journalistes tels que les reporters Gérard Davet et Fabrice Lhomme ont apporté leur soutien à l’initiative. Le cinéaste Costa Gravas et l’économiste Thomas Piketty comptent également parmi les soutiens.

Un bout du monde prétend ainsi compléter la Société des lecteurs du Monde.

Convaincre les citoyens que les médias leur appartiennent

Professeur d’économie à Sciences-Po Paris et auteur notamment d’ouvrages sur les modèles économiques des médias compris dans leur rapport à l’exigence de la démocratie – « Le prix de la démocratie »; « Il faut sauver les médias », notamment, Julia Cagé juge indispensable de renouveler les structures économiques des grands médias en France, une démocratie qui prétend défendre une presse libre.

« Il faut convaincre les citoyens que les médias leur appartiennent, indépendamment de leur âge, de leurs origines, de leur éducation ou de leurs moyens », nous résume t-elle.

Dans un contexte de concentration des médias dans les mains d’actionnaires milliardaires, la nécessité de diversifier le paysage médiatique en cultivant une écologie de la presse indépendante est plus que d’actualité.

A8769035-3F2B-4956-AD18-E6FB40F86FE6

Écologie de la presse indépendante

Http iframes are not shown in https pages in many major browsers. Please read this post for details.

”Certains pensent que, face à la crise actuelle des médias, la générosité d’une poignée de mécènes est la seule solution.
Mais 10 millions de citoyens visitant chaque mois le site du Monde et contribuant chacun à hauteur de 5 euros pourraient apporter beaucoup plus à un média. En termes financiers bien sûr : cela permettrait en quelques années de pouvoir renouveler l’actionnariat des médias et pérenniser l’avenir du journal », veut croire Julia Cagé.

Et « si ce modèle fonctionne avec Le Monde, alors il devrait être en mesure de fonctionner avec d’autre journaux français. », fait-elle remarquer à Integrale.

Levée de fonds

L’association Un bout du Monde, a déjà amorcé sa levée de fonds pour renforcer le poids de la Sociéte des lecteurs du Monde.

Le communiqué de l’association sur Kiss Kiss Bank Bank précise qu’ « Un Bout du Monde est une association démocratique à but non lucratif, créée par la Société des Lecteurs et le Pôle d’Indépendance du Monde, qui a pour objectif de faire des salariés, des journalistes et des lecteurs les garants de l’indépendance des médias ».

« Le Pôle d’indépendance, la Société des lecteurs du Monde sont des verrous qui protègent l’indépendance. Un bout du Monde est la suite de ce combat et son existence est nécessaire après ce qui s’est passé l’an dernier avec l’arrivée surprise de Daniel Kretinsky », abonde Gilles Van Kote, directeur délégué des relations avec les lecteurs au Monde.

Van Kote a annoncé le lancement prochain d’un espace « Le Monde et vous » sur le site du Monde, afin de montrer les coulisses du journal, démonter les fantasmes. Les journalistes seront également incités à répondre aux sollicitations. Des rencontres physiques avec les lecteurs seront également organisées dans le nouveau siège du Monde, sans doute sur un format mensuel.
L

The following two tabs change content below.
redaction

redaction

CM (animateur de communauté sur les réseaux sociaux) / Correspondant(e)s à l'étranger / Contributeurs/trices occasionnel(l)es / Stagiaires JRI et stagiaires presse écrite dans la rédaction pour moins de 3 mois.

Vous pouvez également lire