Capture d'écran 2019-05-28 17.25.36

Congé paternité : soutenir une plus grande équité entre parents

Le coup de gueule de la rédaction

À partir du 1er juillet prochain, la durée du congé paternité va passer à 28 jours. Sur cette période, les jeunes pères auront l’obligation de prendre 7 jours. Et ce, immédiatement après la naissance de leur enfant, comme l’a indiqué le gouvernement dans le PLFSS. C’est peu en comparaison des pays scandinaves, qui ont depuis longtemps compris que les inégalités salariales, donc de conditions, entre hommes et femmes s’expliquaient en grande partie par les carrières brisées de femmes qui choisirent d’avoir des enfants et doivent seules en subir les conséquences sur leur évolution professionnelle. Mais c’est déjà trop pour certains sénateurs français

Des sénateurs LR veulent limiter le futur congé paternité et notamment annuler le caractère obligatoire des 7 premiers jours
➡ «Cela peut mettre en difficulté les entreprises mais aussi les jeunes pères qui n’ont pas envie de prendre ce congé».

Égaux devant les enfants

Vous ironisez, chers sénateurs ? Un enfant se conçoit et s’éduque à deux, en plus du soutien indispensable des familles respectives pour accompagner l’enfant de la naissance à l’âge où il va lui-même être en état de fonder sa propre famille.

Les congés des pères devraient au moins correspondre à la moitié du temps accordé aux mères pour les aider dans toutes les tâches et responsabilités familiales avant et après terme.

Cela permettrait aux jeunes pères de contracter des habitudes qui vont dans le sens d’une équité dans le ménage et évitera surtout bien des inégalités salariales source d’abus et même de violences envers les femmes-mères : la femme inférieure professionnellement est fragilisée psychologiquement et matériellement, donc est contrainte d’accepter au quotidien une servitude qui se traduit pudiquement à travers l’expression « charge mentale ».
Aussi, cela permettrait aux pères d’être considérées pleinement comme parents et éviterait des injustices relatives à la résidence des enfants lors des séparations des couples.

The following two tabs change content below.
Clara Schmelck
Clara-Doïna Schmelck, journaliste, philosophe des médias. Rédactrice en chef adjointe d'Intégrales - est passée par la rédaction de Socialter ; chroniqueuse radio, auteur, intervenante en école de journalisme et de communication (Celsa ...).

Vous pouvez également lire