Twitter, apéro du peuple en cage

A compter de ce soir, la nuit s’épaissit à l’écart des lumières de la ville.

La métropole n’existe plus; ne reste que des foyers familiaux où se calfeutre le quotidien, confortable ou pas, parfois empesté de secrets.

Dans un pays sous contrainte sanitaire, rares sont les espaces de parole spontanée en commun. . C’est ici que va et vient une faune indéterminée, des journalistes, des étudiants, des profs, des policiers, des artisans boulangers ; des « gauchiasses » et des « complotistes » claquent la porte (ils se « bloquent » réciproquement), lèvent la voix (threadent », rient de bon cœur à une blague politique ou à un jeu de mot (retweetent). Les conditions du Café du commerce sont presque réunies.

Et c’est tant mieux : nous avons besoin d’un espace où nous pouvons être autrement que dans la vie réelle, où nous avons à être un étudiant correct, un parent exemplaire, un professionnel motivé , un expert rigoureux , un intellectuel au delà de tout ça.

Nous avons besoin de nous autoriser 280 signes de sottises écrites
« cul sec », de rire aux éclats à un GIF animé.

Hashtags de secours

#apero, #couvrefeu…#etudiantsfantomes : en précédant le nom des soucis qui nous accaparent par des mots-dièses, nous procédons à des « appels à la sociabilité » qui sont à la mesure de la situation que nous vivons tous.

Twitter vole au secours de notre lassitude qui s’allonge alors que les heures de sortie s’avancent.

Si Twitter prend en charge les vicissitudes de nos vies raccourcies, il permet aussi de recueillir des témoignages sur des délits et sur des crimes subis. On l’a vu avec #BalanceTonPorc, qui a libéré la parole de personnes outragées, harcelées ou agressées sexuellement en milieu professionnel. On le voit aujourd’hui avec l’effroyable #MeTooinceste. Twitter recueille le discours qu’ont rejeté en bloc les sphères publiques et privées depuis plusieurs générations.

Et, quand des individus sont nommés dans des Tweets, ces expositions ne sont pas un appel au lynchage mais à la rupture du silence par d’autres victimes. A nous, utilisateurs, de faire preuve de responsabilité individuelle devant les Tweets : exigence de vérifier, de hiérarchiser les faits énoncés en fonction de leur gravité ; effort pour se mettre à la place de tout autre, dans un esprit de concorde, en lisant ou en écoutant ce qu’a à dire la partie adverse quand elle en vient à s’exprimer (Balance Ton Porc) pour que les comportements changent durablement.

Diversité des espèces

Et, à bien y observer, Twitter joue un rôle de mixité sociale pendant ce confinement ou nous sommes plus séparés les uns des autres que jamais. Il y a diverses espèces d’oiseaux sur Twitter, et nous entendons piailler des volatiles que nous ne rencontrons pas d’ordinaire.

Twitter donne l’occasion de voir des messages (tweets) en fonction de centres d’intérêts précis (classification algorithmique par hashtags).

Cela nous permet non seulement de ne pas être tenu à l’écart de la marche du monde, mais encore de fixer notre intérêt sur des angles sous lesquels sont perçus des actualités et qui a priori de Twitter ne retenaient pas notre attention.

En ce moment plus particulièrement, nous ne sommes jamais autant ensemble que sur Twitter.

The following two tabs change content below.
Clara Schmelck
Clara-Doïna Schmelck, journaliste, philosophe des médias. Rédactrice en chef adjointe d'Intégrales - est passée par la rédaction de Socialter ; chroniqueuse radio, auteur, intervenante en école de journalisme et de communication (Celsa ...).

Vous pouvez également lire