B4AB263B-D520-4A7A-96E0-82A783790274

Tik Tok russe : naissance d’une conscience politique

Nés sous le premier mandat de Vladimir Poutine, des ados Russes, concernés par les manifestations pro-Navalny s’emparent de TikTok comme d’un outil politique. Moins d’opposition au Kremlin que de dérision et d’ironie. Et c’est inédit.

« At THÉ hôtel » :

Sur cette vidéo filmée depuis la plateforme TikTok et reprise sur Twitter par le compte Russia Human Right, une jeune fille donne une véritable leçon d’anglais américain à ses « followers ».

Les TikTokers russes sont invités à parler un anglais courant impeccable, avec des phrases standard, pour être pris pour des étrangers et éviter ainsi d’être inquiétés et arrêtés pendant les manifestations de soutien à Navalny, figure de l’opposition la plus puissante à Vladimir Poutine.

Ce samedi 22 janvier 2020, plus de 6000 personnes (selon nos sources à Moscou) étaient réunis dans la capitale russe pour manifester contre la détention du plus célèbre rival de Vladimir Poutine.

La jeune TikTokeuse mime la réaction d’une américaine offusquée devant un policier russe qui lui demanderait ses papiers lors d’une manifestation, si le cas se présentait. Et suggère à ses jeunes compatriotes russes d’imiter, en cas d’arrestation, cette posture outrée et ces interjections formatées dans un anglais parlé qu’on apprend pas dans les livres scolaires.
L’idée est que les policiers, pensant avoir à faire à un étranger, adoucisse le ton.

Ironie et dérision

La vidéo date d’avant le retour de Navalny et a été massivement reposée ces jours ci.mais est-ce vraiment à des fins pragmatiques ?

La jeune fille joue évidemment dans le second degré. Comment les jeunes Russes pourraient-ils croire possible de duper de manière aussi grotesque la police ?

Il faut voir dans cette vidéos une manière de rassembler les siens et de supporter une situation politique délétère. D’un côté, un président en place depuis 1999;date de naissance de beaucoup de TikTokers actuels; de l’autre, un opposant au passé trouble, soutenu parfois aveuglément par des groupes étrangers.

Il est certain que les jeunes tentent de faire leur place de citoyen en Russie, et cette citoyenneté naissante passe par TikTok, moyen d’expression libre de tout code de bienséance et dégagé de toute obligation d’affiliation à Vladimir Poutine.

Néanmoins, il serait prudent de ne pas voir la politisation des jeunes russes sur TikTok comme un blanc seing apporté à Alexeï Navalny de la part de la génération des 10-25 ans.

Il y a beaucoup d’ironie dans cette démarche, d’humour noir et de dérision. La jeune fille se joue du pouvoir de son pays, la Russie, mais moque aussi les étrangers, en particulier les américains, que les Peterbourgeois et les Moscovites voient souvent ces temps-ci déambuler pour couvrir des manifestations le sac rempli de phrases stéréotypées.

« Mon hôtel », « mes droits », « mon avocat »: ces mots-clés, répétés dans un accent américain exagérément exubérant, correspondent à un cliché : celui de l’américain donneur de leçons de démocratie, prêt à soutenir n’importe quelle force d’opposition au régime en place pourvu qu’elle soit gênante.

« Une posture qui ne contribue peut être pas à construire une offre politique nouvelle en Russie. », nous avertit notre source, journaliste à Moscou.

The following two tabs change content below.
Clara Schmelck
Clara-Doïna Schmelck, journaliste, philosophe des médias. Rédactrice en chef adjointe d'Intégrales - est passée par la rédaction de Socialter ; chroniqueuse radio, auteur, intervenante en école de journalisme et de communication (Celsa ...).

Vous pouvez également lire