99E90130-9772-4F33-A55B-85E61523EC57

« Sexting » : la Police Nationale priée de revoir sa politique d’éducation aux risques d’internet

Tollé sur Twitter après la campagne de prévention aux dangers du « sexting » (envoi délibéré à une tierce personne de photos de soi nu ou dénudé)de la Police Nationale.

Pour alerter les jeunes du danger que représente l’internet, où rien n’est confidentiel ni longtemps intact, la police nationale a mis le curseur sur les adolescents/es inconscients- qui envoient délibérément à des tiers par les messageries des réseaux sociaux des photos intimes, cela dans le contexte d’un monnayage ou d’un chantage au « nude » plus ou moins explicite entre deux partenaires.

Alors oui, la police est dans son rôle de prévention à l’exposition des risques. Les jeunes, filles et garçons, sont loin d’utiliser internet en pleine connaissance des risques : il ne s’agit pas un monde protégé.

Rien ne s’efface. Tout est aux mains de tous. Il y a un principe de réalité, et c’est rendre service aux jeunes citoyens que de leur en faire prendre conscience.

Mettre le curseur sur les coupables des délits pour informer des risques

Mais, comme l’ont fait remarquer sur Twitter de nombreuses personnes, ce point de vue peut induire une confusion entre les victimes d’un délit et les auteurs d’un délit.

L’imprudence n’est pas un délit. Le fait de dupliquer, truquer, diffuser une photo d’un tiers sans le consentement de ce dernier en est un.

[#Sexting] Sachez à quelles sanctions s’expose la personne qui duplique,partage,modifie sans votre accord un #nude que vous lui avez envoyé. ——
Le tweet aurait été plus efficace en terme de prévention des risques sans l’ambiguïté de confusion entre la victime et le coupable de délits.

Le rappel aux lois est la meilleure éducation aux risques. En étant informés des sanctions auxquelles s’exposent les délinquants qui dépossèdent les « nudes » de leur propriétaire, les jeunes qui, de manière inconsciente, croyant y voir leur intérêt (argent, cadeaux…) envoient en ligne des fichiers intimes (« nudes ») , sont ainsi informés du chemin que leurs images et vidéos ont de grandes probabilités de prendre.

Et surtout, il place la crainte du côté des délinquants et non des victimes.

La pornodivulgation est en effet punissable par la loi (Art 226-2-1 CP depuis loi n2016-1321).

POUR RAPPEL

3D147C34-FCB3-41F8-8D2A-F48C43B0DBFA

The following two tabs change content below.
Clara Schmelck
Clara-Doïna Schmelck, journaliste, philosophe des médias. Rédactrice en chef adjointe d'Intégrales - est passée par la rédaction de Socialter ; chroniqueuse radio, auteur, intervenante en école de journalisme et de communication (Celsa ...).

Vous pouvez également lire